Accueil du site > Documentation > Documents > Troubles du comportement à l'âge adulte

Troubles du comportement à l’âge adulte

[Publication] Un nouvel article de l’équipe du CRA-LR décrit l’évolution des troubles du comportement chez de jeunes adultes autistes.

Publié mardi 29 mai 2018

Introduction. Les troubles du comportement sont fréquents chez les enfants et adolescents avec troubles du spectre de l’autisme (TSA), mais les études portant sur leur prévalence et leur évolution à l’âge adulte sont rares. L’objectif de cette étude était de décrire ces comportements dans une cohorte de 106 jeunes adultes avec TSA, âgés en moyenne de 20 ans, et d’identifier les facteurs de risque associés. Nous avions également pour objectif d’étudier les changements au niveau des troubles du comportement au moment du passage de l’adolescence à l’âge adulte.

Méthode. Les données présentées ici sont issues de la cohorte EpiTED, une étude de suivi longitudinale et prospective d’enfants, d’adolescents et d’adultes avec TSA en France. La présence des troubles du comportement est évaluée à l’aide de l’échelle ABC (« Aberrant Behavior Checklist ») remplie par les parents. Plusieurs dimensions sont décrites : l’irritabilité, les stéréotypies, le retrait social, l’hyperactivité et les automutilations. D’autres variables cliniques sont recueillies : la sévérité des symptômes d’autisme, le niveau cognitif et langagier, les comportements adaptatifs, et les comorbidités médicales.

Résultats. La présence de troubles du comportement est liée au niveau cognitif et langagier des jeunes adultes, à la sévérité des symptômes d’autisme ainsi qu’aux troubles gastro-intestinaux et du sommeil associés. Le principal facteur de risque pour développer des troubles du comportement s’avère être la sévérité des symptômes d’autisme. Un faible niveau de langage est un facteur de risque pour les automutilations, et la présence de troubles gastro-intestinaux est un facteur de risque pour les stéréotypies. Entre l’adolescence et l’âge adulte, les parents rapportent une diminution de l’hyperactivité, mais pas de diminution significative de l’irritabilité, des stéréotypies, du retrait social ou des comportements d’automutilation.

Conclusions. Le suivi de cohorte EpiTED a débuté en 1997, à une période où les formes d’autisme diagnostiquées étaient essentiellement celles dans lesquelles il existait une déficience intellectuelle associée. Dans cette cohorte, constituée aujourd’hui d’une centaine d’adultes avec TSA, la prévalence des troubles du comportement reste élevée, et ce d’autant plus que la sévérité des symptômes d’autisme est importante et qu’il existe un faible niveau cognitif et langagier. La présence de troubles du comportement apparaît également liée aux comorbidités médicales, notamment les troubles gastro-intestinaux. Ces résultats soulignent l’importance des interventions précoces visant à augmenter les capacités cognitives et langagières des personnes avec TSA ainsi qu’à leur permettre de mieux communiquer leur douleur en cas de problème de santé associé.

RATTAZ C., MICHELON C., MUNIR K., BAGHDADLI A. Challenging behaviours at early adulthood in autism spectrum disorders : topography, risk factors and evolution. Journal of intellectual disability research. In press


Mentions légales | Crédits | Suivre la vie du siteSyndication