L’autisme

L’autisme est un trouble envahissant du développement (TED) au même titre que les syndromes d’Asperger ou de Rett et que les troubles désintégratifs de l’enfance. La notion de TED fait référence au caractère extensif, précoce et durable des anomalies dans plusieurs domaines du développement qui ont amené à définir la notion de « spectre des troubles autistiques ».

Publié mardi 4 septembre 2007

Les Troubles Envahissants du Développement (TED) forment un ensemble hétérogène de troubles parmi lesquels se trouve l’autisme infantile qui est le TED le mieux défini par la Classification internationale des maladies (CIM10) éditées par l’Organisation mondiale de la santé.

L’autisme infantile est défini par la CIM10 (Classification Internationale des Maladies, 10ème révision) comme un trouble à début précoce, avant l’âge de 3 ans et par l’existence de trois types de perturbations présentes à des degrés variables de sévérité :

- altérations qualitatives des interactions sociales ;
- altérations qualitatives de la communication ;
- caractère restreint, répétitif et stéréotypé du comportement, des intérêts et des activités.

Les autres catégories des TED sont l’autisme atypique, le syndrome d’Asperger, le syndrome de Rett, les autres troubles désintégratifs de l’enfance, l’hyperactivité associée à un retard mental et à des mouvements stéréotypés, les autres TED, les TED sans précision.

La notion de TED fait référence au caractère extensif, précoce et durable des anomalies dans plusieurs domaines du développement. Les TED constituent cependant un ensemble hétérogène. Les raisons de cette hétérogénéité sont multiples : sévérité des perturbations, troubles associés (organiques ou psychiatriques ou autres troubles du développement), niveaux de fonctionnement (intellectuel, langagier), âge chronologique.

La conception actuelle des TED est qu’ils forment un continuum entre plusieurs catégories. On parle alors de « spectre des troubles autistiques » sans que l’on sache jusqu’à quel point les catégories de ce spectre sont reliées entre elles et sans qu’on connaisse les limites exactes du « spectre » (vis-à-vis d’autres troubles du développement ou encore vis-à-vis du développement typique). L’utilisation de la notion de spectre des troubles autistiques est évidemment utile pour les cliniciens et les familles, mais ses différentes interprétations sont responsables actuellement de confusions.

Les prévalences actuellement estimées sont de 1,7/1 000 à 4/1 000 pour l’autisme infantile et de 3 à 7/1 000 pour l’ensemble des troubles envahissants du développement, soit environ 10 fois plus que les estimations antérieures basées sur les études publiées avant 1990.

Mentions légales | Crédits | Suivre la vie du siteSyndication